Le djembé nous vient de l'Empire Mandingue, une société organisée en castes : les griots, les forgerons, les cordonniers, avec une langue commune le Bambara et un roi le Mansa. Composé de nombreuses ethnies, les groupes principaux en sont : les Bambaras (centre du Mali), les Malinkés (l'est de la Guinée), les Diolas (Côte d'Ivoire). Le rôle social du djembé est de délivrer un message, allant au-delà du divertissement musical. Il accompagne les évènements de la vie au quotidien (funérailles, mariages, naissances, circoncisions, guerres, récoltes…).

Le djembé est un tambour de bois qui a la forme d'un calice, taillé dans un tronc d'arbre à l'aide d'une herminette, en un seul bloc dans différentes essences de bois (Linké, Dougoura,Teck ou Iroko...). Chaque instrument est une pièce unique façonnée à la main, recouvert d'une peau de chèvre (anciennement d'antilope) prise entre deux cerclages de fer, tendue par un tressage de cordes (autrefois lanières de cuir). Joué le plus souvent debout, le djembé est porté à l'aide d'une sangle, on y fixe des sonnailles métalliques appelées séssés ou oreilles. Le djembe peut être nourri avec du beurre de karité à l'intérieur, avec de la cire à bois, de l'huile de palme ou simplement verni pour l'extérieur.

 Les notes du djembé sont au nombre de trois : la basse, le tonique et le claqué. A elles seule ces notes composent plus de trois cent rythmes traditionnels et une infinité de créations.
Le djembé est presque indissociable de la danse africaine dont les phrases du djembéfola soliste marquent les pas du danseur.

Conte et légende sur l'origine du djembé.

"Il était une fois, un temps où les hommes pour chasser n'avaient d'autre choix que de partir des journées entières en forêt pour poser des pièges, car le fusil n'existait pas. Un chasseur nommé Coudougui qui était le chef des piégeurs, parti en journée pour une partie de chasse. Les chimpanzés de la brousse qui avant étaient des hommes égarés au comportement irrespectueux, firent de mauvaises choses, ainsi Dieu les a maudit en les transformant en singes pour les punir. Ne pouvant plus communiquer entre eux Dieu leur offrit le tambour. Coudougui et ses hommes ne connaissaient pas le tambour, mais ils l'entendaient raisonner sous les frappes des chimpanzés qui s'en donnaient à cœur joie, alors fascinés et guidés par les mélodies du djembé, les chasseurs finir par trouver l'arbre où vivait la tribu de chimpanzés. l'astucieux Coudougui eu l'idée de capturer le singe tambourinaire avec son instrument le Djembé, pour l'offrir au chef de son village. A la tombée de la nuit, Coudougui posa plusieurs pièges autour de l'arbre des chimpanzés et, au petit matin, il alla relever ses pièges pour y découvrir le singe et son tambour. Coudougui libéra le chimpanzé, puis conserva le précieux instrument pour le ramener à son chef. Arrivé prés des siens, il fit don du tambour à son chef qui, celui ci étonné et heureux de son cadeau dit : "Depuis longtemps on entend le son et les rythmes de cette chose, mais personne ne l'avait encore aperçu, pour te remercier prends ma fille aînée Niba comme première épouse."Et ainsi l'homme qui se mit à jouer du djembé, se fit appeler djembéfola. Voilà comment l'homme acquit le dejmbé, et pourquoi de nos jours pour communiquer entres eux, les chimpanzés qui n'ont plus de tambours se frappent la poitrine avec leurs poings.

fût de djembé taillé dans une seul pièce